Accueil > Présentation > Mot du Rapporteur général


Mot du Rapporteur général

Un congrès résolument axé sur l'humain !

Les entreprises, dont nos structures d’exercice professionnel, doivent s’adapter aux évolutions sociologiques. La relation au travail des nouvelles générations n’est ni moins intense ni moins efficace ; elle est différente. Ignorer les arbitrages différents entre la vie privée et la vie professionnelle, le regard porté sur des valeurs présentes ou non dans l’entreprise, sur le nomadisme, c’est sans doute se mettre en déphasage entre l’offre et la demande.
Les efforts qui doivent être consentis pour fidéliser salariés et collaborateurs prennent des configurations diverses. La politique de rémunération en est une. L’adhésion aux valeurs et aux projets de l’entreprise complète le socle du bien-être et de la fidélité.
Enfin, et c’est ce point qui nous concerne le plus directement, la présence de perspectives d’évolution et d’accès à de nouveaux savoirs favorisent des relations durables et efficaces entre l’individu et l’entreprise. Cette dernière dimension constitue le cœur du thème du 68e Congrès qui se tiendra à Dijon les 2, 3 et 4 octobre prochains.


Jean-Marie Vial,
Rapporteur général du 68e Congrès

Les vidéos de Jean-Marie Vial

3 questions à Jean-Marie Vial

Ce 68e Congrès est comme un clin d’œil aux questions sociétales d’aujourd’hui. Est-ce une coïncidence ? Ou au contraire, sommes-nous dans l’air du temps ?
« L’air du temps » n’est peut-être que la traduction des questions sociétales qui le composent. Les  chefs d’entreprise savent que la notion de service  est un complément indispensable à la conquête de  nouveaux marchés ou parfois plus modestement au maintien des marchés acquis. La qualité, la pertinence et l’efficience du service rendu à la clientèle reposent sur la qualité des femmes et des hommes qui accompagnent le chef d’entreprise. Cette qualité s’acquiert et se développe tout au long de la vie professionnelle de celui-ci. La formation théorique initiale et la formation continue en constituent la charpente essentielle. Elle est intemporelle, donc elle est toujours dans « l’air du temps ».

Ce congrès vous semble-t-il être un rendez-vous majeur permettant aux professionnels de l’expertise comptable et dirigeants de cabinet de prendre la mesure des changements  indispensables à mettre en œuvre pour faire évoluer leurs comportements, mieux recruter, fidéliser leurs collaborateurs, renforcer les compétences du cabinet et, au-delà, accroître la qualité de ses services ?
Le métier de l’expertise comptable est assez remarquable sur ce point. L’expert-comptable est le conseil permanent du chef d’entreprise et il est chef d’entreprise lui-même. Le congrès s’intéresse aux deux aspects. Les pôles traitant de la stratégie du cabinet au service des compétences et de la fonction « ressources humaines » au service du cabinet concernent la position du professionnel « chef d’entreprise ». Cette approche est indispensable pour définir le projet du cabinet. Le troisième pôle qui porte sur les missions de formation et d’accompagnement de la stratégie du client s’inspire des acquis du cabinet en matière de stratégie pour accompagner le client dans la sienne. Nous sommes un peu éloignés des missions portant sur les comptes annuels, mais le congrès permettra d’alimenter la réflexion du professionnel sur l’accompagnement de son client dans ses décisions de chef d’entreprise.

Un grand nombre de partenaires de la profession, rodés aux congrès de l’Ordre ou nouveaux, ont marqué un vif intérêt pour ce 68e Congrès en retenant l’animation d’un atelier solution, d’un kiosque ou d’un « 30 Minutes pour convaincre ». Est-ce une bonne surprise ? Quel message souhaitez-vous leur passer ?
Notre profession a su construire un réseau de partenaires solides et fidèles. Leur présence est indispensable à la qualité de nos congrès. Ils connaissent parfaitement notre profession et le fonctionnement des cabinets. Ils apportent à ce titre une contribution toujours appréciée à la partie intellectuelle de nos congrès et nous permettent une confrontation utile des visions de l’actualité et de l’avenir.